DCC

Modéliste ferroviaire depuis de nombreuses années, j'ai toujours utilisé un ou des transformateurs classiques pour alimenter mes différents réseaux. Converti au modélisme à l'américaine, j'ai découvert la notion de Cab-Control qui permet de contrôler X locomotives à partir de Y transformateurs en créant des sections de voies alimentées par l'intermédiaire de commutateurs permettant de sélectionner la source d'alimentation. Contrôler de façon réaliste un réseau, quelle que soit sa taille, exige un câblage électrique important si l'on souhaite alimenter X locomotives de façon simultanée.

En créant ce site avec Jean-Louis Simonet, j'ai découvert le DCC, le contrôle digital. J'étais dans un premier temps très réticent à ce système dans lequel je ne voyais que des inconvénients et peu d'avantages. Une visite au siège de la SOW m'a convaincu du contraire et c'est ainsi que je me suis lancé dans cette aventure. Simplification du câblage, contrôle réaliste et individualisé des locomotives et non du réseau, voilà quelques-uns des avantages que peut apporter le DCC. Seul ombre au tableau, l'investissement initial de l'ordre de 500 Euros. Mais combien vous coûterait le câblage (le contrôle, les automatismes…) d'un réseau alimenté de façon classique (et je ne vous parle pas du temps passé) ?

Avant de transformer mon réseau actuel, j'ai décidé de réaliser un réseau expérimental. Vous pourrez découvrir dans les différents articles qui suivent les différentes phases nécessaires à la réalisation d'un réseau DCC et ainsi mieux comprendre la philosophie DCC :

Quelques bases
L'équipement de base
Le premier essai

Je tiens à remercier pour sa participation active à mes différents tests, pour ses conseils éclairés, Jean-Louis Simonet car seul je n'aurais jamais franchi le pas. Je vous invite d'ailleurs à aller parcourir ses pages sur le DCC disponible dans la version américaine de ce site.

Bonne lecture et n'hésitez pas à me poser des questions si nécessaire.

Top
Quelques bases

Page réalisée par Fabrice Fayolle
Dernière mise à jour : 26/04/2000
© 2000, Fabrice Fayolle