Trucs et Astuces

Modification des aiguillages Peco Electrofrog pour un fonctionnement optimal

Après pas mal de versions de modifications d'aiguillages, sur mon réseau, et des résultats plus ou moins aléatoires j'ai mis en place, dans l'extension en cours de construction, la modification dite "Allan Gartner" (voir son site) qui offre une continuité parfaite de l'alimentation tout au long de l'aiguillage. Cette modification améliore le fonctionnement dans tous les cas mais est spécialement adaptée à la commande digitale (DCC).

La modification consiste à isoler totalement le coeur de l'aiguille et à le ré-alimenter à travers un relais bistable commandé en parallèle avec le moteur d'aiguille (PECO).

L'isolation du coeur d'aiguille

L'image ci-dessous montre un aiguillage modifié (Peco Electrofrog N Code 80) :

L'isolation du coeur d'aiguille se fait en deux endroits :

  1. en coupant les deux rails qui mènent du coeur aux pointes d'aiguille. Cette opération est réalisée à l'aide d'un disque à tronçonner dans un outil rotatif genre Dremel ou autre. Le trou ainsi créé est ensuite bouché à l'aide d'un petit morceau de Plasticard d'épaisseur adéquate collé à l'aide de colle Cyano. Après sèchage complet, ce morceau de Plasticard est coupé puis limé à la forme du rail.
  2. en insérant deux éclisses isolantes sur les deux rails centraux de sortie d'aiguille.

Remarques IMPORTANTES :

  1. Pour la coupure des rails, je recommande d'utiliser un disque usagé (de faible diamètre) de manière à éviter de couper (ou entailler) en même temps les deux rails extérieurs.
  2. Si l'outil rotatif est de diamètre plus important que celui du disque (ce qui est généralement le cas), il n'y a aucun problème à faire la coupure en biais.
  3. Cette opération, tout comme la soudure que l'on verra plus loin, génère beaucoup de chaleur et risque d'endommager les parties plastiques de l'aiguillage. Il est donc INDISPENSABLE de mettre en place un "radiateur" pour évacuer la chaleur. Le moyen le plus simple pour cela est d'utiliser un chiffon ou un Sopalin bien imbibé d'eau que l'on place sur l'ensemble de l'aiguillage (sauf la petite partie où l'on travaille), bien en contact avec les rails. C'est très efficace et vous évitera bien des surprises.

La (re)connexion

Les deux rails qui mènent aux pointes d'aiguilles, ainsi que les pointes elles-mêmes ne sont alimentées que par le contact des pointes d'aiguilles, contact très aléatoire qui a tendance à se dégrader dans le temps (ou rapidement, lors des opérations de ballastage). Il faut relier chacun de ces rails aux rails extérieurs. Pour ce faire :

  1. A mi-distance entre le coeur d'aiguille et les pointes d'aiguille, enlever la partie en plastique de l'aiguillage située sous les rails, entre deux traverses.
  2. Préparer deux fils suffisamment longs pour aller jusqu'au relais situé en dessous et dénudés sur une longueur d'environ 6 mm. Souder ces fils sous l'aiguillage entre les rails principaux et les rails menant aux pointes d'aiguille (des deux côtés de l'aiguillage). Vous aurez ainsi relié électriquement chacun des rails menant aux pointes d'aiguilles (et les pointes elles-mêmes) au rail principal adjacent et vous aurez deux fils vous permettant de connecter l'ensemble au relais situé au dessous.

Profitez que vous avez le fer à souder en main pour souder le fil d'alimentation du coeur sur le contre-rail de ce même coeur.

N'oubliez pas de mettre en place le "radiateur" décrit ci-dessus pour ces opérations de manière à protéger les parties en plastique de l'aiguillage.

Le plus dur est fait. Il ne reste plus qu'à percer votre support des trois trous nécessaires au passage des trois fils, à mettre votre aiguillage en place, avec son moteur, et à câbler tout ça. A noter que l'opération peut être réalisée une fois l'aiguillage en place, mais avec un peu plus de difficultés qu'en le faisant avant installation. Si vous le souhaitez, vous pouvez peindre les différents fils en noir, avant mise en place de l'aiguillage, ce qui les rendra totalement invisibles après ballastage.

le dessous des choses...

L'image ci-dessous montre l'installation du moteur d'aiguille et du relais et le câblage de l'ensemble :

Pour ce qui est de l'installation du moteur d'aiguille, pas de problème, vous faites cela tous les jours... En ce qui concerne les moteurs PECO, je conseille cependant une alimentation par décharge de capa qui fournira une bonne impulsion (24 à 30 volts) de manière à basculer franchement ces moteurs très gourmands en courant (plusieurs ampères) et des fils d'alimentations appropriés, pour éviter les chutes de tension (0,75 mm2).

Le relais (à gauche sur la photo) utilisé pour basculer la polarité du coeur est un relais bistable (c'est à dire un relais qui n'est alimenté que lors du basculement) alimenté en parallèle avec le moteur d'aiguille. Ces relais possèdent deux bobines et sont donc immédiatement connectables au moteur d'aiguille (respecter les polarités). Dans mon cas (commande par décharge de capa), j'utilise des relais à bobines 24 volts (pouvant fonctionner entre 18 et 40 volts) de marque Omron - type G6AK, disponibles chez divers revendeurs de composant électroniques. Ces relais existent en plusieurs tensions de bobine en fonction de votre configuration. Les deux paires de contacts sont câblées en parallèle de manière à supporter le courant de court-circuit de ma centrale Digitrax (5 ampères), chaque contact étant donné pour 3 ampères. Le circuit imprimé est fixé à l'aide d'adhésif double face "mousse".

Pour mon utilisation, j'ai réalisé des circuits imprimés pour le montage de ces relais afin de faciliter le câblage, mais cela n'est pas nécessaire. Pour info, je vous livre ci-contre le dessin de ces circuits. La figure n'est pas à l'échelle et je tiens à la disposition des personnes intéressées un fichier contenant le typon à l'échelle 1. A noter que ce circuit imprimé permet un câblage direct sans aucun croisement de fils. Les bobines des relais étant polarisées, il est nécessaire de respecter la polarité : polarité positive sur le commun (la borne centrale) ; polarité négative sur les commandes (bornes droite et gauche) du bornier de commande (celui où aboutissent les traces les plus fines du circuit imprimé, en bas)

Il ne reste plus ensuite qu'à relier vos moteurs d'aiguilles à vos commandes, à câbler les relais en parallèle avec ces moteurs d'aiguilles et à connecter les contacts au coeur d'aiguille et aux deux rails extérieurs. Voir la photo ci-dessus pour plus de détails.

La figure de gauche résume le câblage complet de l'ensemble.

Voilà. C'est terminé ! Tout cela peut paraître compliqué, mais je vous assure que cela ne l'est pas et que c'est bien plus long à expliquer qu'à faire. Il me faut moins de 10 minutes pour complètement modifier un aiguillage. Alors, croyez moi, lancez-vous. Cela en vaut la chandelle : vous aurez un fonctionnement absolument fiable moyennant quelques petits efforts.

Il est tout de même à noter que cette modification ne vous empêchera pas d'avoir des courts- circuits sur vos aiguillages si vous envoyez un train "en talon" sur un aiguillage qui n'est pas dans le bon sens (le coeur ne sera pas à la bonne polarité). Une solution, si vous ne pouvez pas maîtriser vos trains consiste à insérer en série entre le relais et le coeur d'aiguille une ampoule de feu arrière de voiture qui limitera le courant.

Bonne chance.

Top
Porteurs en L Le chevillage des joints

Page réalisée par Jean-Louis Simonet
Dernière mise à jour: 12/05/2003
© 2003, Jean-Louis Simonet